Morgane Luc autrice, éditrice freelance, podcast précommande roman Frontière Numérique

Organiser des précommandes pour son roman

12 janvier 2023

Le 12 novembre 2022 à 11h, j’ai lancé les précommandes pour mon roman Frontière Numérique. Après plusieurs semaines de préventes couronnées de succès, la campagne Ulule s’est clôturée le 20 décembre à 18h et, maintenant que j’ai bien reçu les fonds et le stock du roman, je me suis dit que c’était le moment parfait pour vous faire un retour sur cette expérience.

Pourquoi organiser des précommandes ?

Ce n’est pas une étape obligatoire du tout, particulièrement si vous souhaitez passer par Amazon KDP ou une plateforme d’autoédition dans le même genre. En effet, ces plateformes vous permettent de réduire le coût de l’autoédition de manière non négligeable et peuvent vous dispenser d’une campagne de financement participatif.

Pour Frontière Numérique, j’autopublie ce roman seule, sans passer par une plateforme d’autoédition ou d’impression à la demande. Ce qui veut dire que j’ai à ma charge tous les frais éditoriaux, mais aussi les frais d’impression, de diffusion et de distribution (comme le stockage, l’envoi des romans, les événements littéraires auxquels j’ai été invitée,…).

Depuis le début, j’ai pour objectif d’imprimer Frontière Numérique en quantité pour pouvoir assurer la vente et le partage sur la durée de mon roman. Mais, avec le prix en constante augmentation du papier/carton et maintenant que l’énergie, qui dit « quantité » dit « gros budget ». Un budget que je n’avais pas si je n’organisais pas de précommandes.

Comment organiser des précommandes pour son roman ?

J’ai décidé de passer par le site de financement participatif Ulule pour mettre en place ma campagne car je connaissais déjà la plateforme, mais il existe évidemment d’autres organismes qui permettent de faire des précommandes.

Une fois connectée sur Ulule, j’ai créé ma page projet, je lui ai donné un titre (celui de mon roman), une « tagline » courte pour le décrire en quelques mots (« un roman cyberpunk queer et handi ») et j’y ai décrit le projet en m’appuyant sur les points suivants : Frontière Numérique, qu’est-ce que c’est, de quoi ça parle, dans quel but je lance cette campagne de précommandes, quelles sont les contreparties que l’on va pouvoir acheter et qui je suis, moi, autrice et porteuse du projet. Le tout avec une jolie présentation aux couleurs de mon roman et avec transparence envers mes futur.es contributeurices. Ça, c’est la partie facile.

Tout au long de la préparation de la cagnotte, un.e accompagnateurice de projet Ulule m’a guidée et a répondu à mes questions quand j’en avais besoin. D’ailleurs, quand vous pensez que votre projet est prêt à être mis en ligne, votre accompagnateurice doit d’abord le vérifier et vous prodiguer quelques conseils d’optimisation si besoin avant que vous ayez la possibilité de procéder à la mise en ligne. Une fois validée, vous décidez quand mettre votre campagne de précommande en ligne : pour Frontière Numérique, c’était donc le samedi 12 novembre, à 11h.

Ce qu’il faut garder en tête pour organiser des précommandes :

Quand on commence à préparer une campagne Ulule, une des premières choses à déterminer c’est le montant que l’on souhaite collecter. La plateforme fonctionne sur le principe du « tout ou rien » (c’est-à-dire que si l’objectif est atteint, lae porteureuse de projet reçoit les soutiens financiers, et sinon, l’argent est re-crédité aux contributeurices), et évidemment le montant que vous désirez collecter pour votre campagne se base sur vos frais (d’impression, par exemple) mais il y a aussi des éléments supplémentaires à prendre en compte : il faut donc être stratégique.

  • Les 8% de Ulule : la plateforme Ulule prend 8% sur le montant final total de la campagne si elle aboutit. Dans mon cas, mon objectif était 3000€ et on a collecté 3610€ : Ulule a donc prélevé 8% des 3610€, c’est-à-dire les frais de transaction bancaire et les frais de gestion.
  • Les frais de port, si frais de port il y a : si, comme moi, vos contreparties sont des livres papier, alors il faudra les envoyer à vos contributeurices. Mais Ulule n’est pas une plateforme de stockage et de transport/livraison et n’est pas un partenaire de la Poste ou autre transporteur, ce qui signifie que c’est à vous de collecter l’argent pour les frais de port auprès de vos contributeurices et donc de les prendre en compte dans le montant final que vous voulez collecter.
  • Avant le lancement de la campagne, il est donc important de peser vos romans et de faire les estimations du prix des frais de port sur le site de la Poste. Dans mon cas, les deux éditions du roman me coûtent chacune 7,45€ de frais de port (que j’ai ramené à 7,40€ pour simplifier les choses). En sachant ça, dans mon cas, il me fallait 2100€ pour payer les frais d’impression. J’ai donc calculé un panier moyen pour avoir une idée de combien de contributeurices il me faudrait pour atteindre les 2100€ et donc combien de frais de port je devais prendre en compte dans le montant final de ma cagnotte. Après quelques calculs, il me fallait un peu plus de 100 contributeurices et donc 750€ de frais de port à ajouter au 2100€. A ça se sont ajoutés les 8% prélevés par Ulule, d’où la cagnotte de 3000€ pour ne pas être déficitaire.

Toujours sur cette histoire de frais de port, Ulule vous recommande d’ajouter le montant des frais de port dans le prix de vos contreparties afin que le prix affiché soit le prix à payer, sans mauvaise surprise au moment du passage en caisse quand 7,40€ de frais de livraison se rajoutent en scred. Quand vous mettez en place vos contreparties, pensez à ça. Pour Frontière Numérique, la contribution « broché classique » comprenait donc le roman broché à 18,50€ (son prix de vente), 7,40€ de frais de port et une illustration offerte, soit un total annoncé de 25,90€. Aucun frais supplémentaire n’a été appliqué ensuite, car tout était compris et visible dès le début, ce qui rassure les contibuteurices. C’est surtout une question de transparence, mais c’est un point important je pense.

Et, pour terminer cette partie, je ne peux que vous recommander de communiquer autour de votre campagne de précommande avant qu’elle soit mise en ligne pour informer vos lecteurices de son existence et, au fur et à mesure de votre campagne, de poster des « news » sur la page de votre projet Ulule afin de tenir vos contributeurices au courant de votre avancée sur le projet. Pour ma part, j’ai tenu les gens informés quand on a passé les 100% et validé le projet, quand j’ai dévoilé l’illustration qui allait être offerte avec le livre, quand j’ai validé le bon à tirer et reçu le stock des romans. La communication c’est la clé pour rassurer vos contributeurices : rien de pire que de se dire « ah, j’ai soutenu ce projet il y a quelques temps déjà mais j’ai aucune nouvelle… j’espère que ça va se faire ». Rester en contact avec vos soutiens, c’est que du plus !

L’après précommande :

Une fois la campagne de précommandes lancée, puis réussie, Ulule vous verse le montant de la campagne moins les 8% qu’ils prélèvent sous trois à quatre jours ouvrés. Pour ma part, c’est tombé en plein pendant les congés de Noël, mais la transaction a bien été effectuée, puisque la cagnotte se terminait le 20 décembre à 18h et que, quatre jours ouvrés plus tard, le 27 décembre, j’avais bien le montant de la collecte sur mon compte.

Une fois la campagne clôturée, vous pouvez télécharger un fichier excel avec la liste de toustes vos contributeurices, leurs informations de commande et leur adresse de livraison afin de préparer les envois de vos contreparties sans vous arracher trop les cheveux.

Un petit conseil pour la fin :

Tout ne se passe pas toujours comme prévu : des gens qui déménagent, des personnes qui ne commandent pas la bonne contrepartie, un collector en trop vendu alors que ça n’aurait pas dû être possible (oui oui, celle-là aussi c’est du vécu),… Bref, il peut s’en passer des choses.

Laissez-moi vous donner un conseil : notez tout dans un endroit où vous pourrez retrouver les informations sans problème et soyez précis.es dans vos prises de notes. Un déménagement, une contrepartie à changer, tout ça est réglable facilement avec un peu d’organisation.

Et, pour le fun, on termine avec la fameuse anecdote du collector « en trop ». Depuis le début, j’ai toujours été claire sur le fait qu’il n’y aurait que 45 exemplaires de l’édition collector mis en vente. Pourtant, si vous allez sur la page projet de Frontière Numérique, vous pouvez voir que pour le collector, il est écrit 46/45 exemplaires vendus. Figurez-vous qu’il est arrivé quelque chose que je ne pensais pas possible : deux personnes ont acheté le dernier exemplaire collector en même temps et ont validé leur paiement quasiment au même moment, ce qui a créé le bug et donc la vente de deux exemplaires alors qu’il n’en restait qu’un. Fort heureusement, j’avais un exemplaire en plus, que j’avais prévu de réserver pour une autre occasion et qui rejoindra donc sa nouvelle bibliothèque très prochainement. Toute une aventure et plus de peur que de mal, mais c’est arrivé dans la première heure suivant l’ouverture des précommandes, autant dire que ça m’a mise dans le bain directement ! 

Il y a forcément des petits imprévus lors d’une campagne de ce genre et l’important c’est de ne pas stresser : on finit toujours par trouver une solution.

Morgane Luc podcast confidences d'écriture

Morgane Luc

Hey, moi c’est Morgane, autrice et podcasteuse ! J’ai créé “Confidences d’écriture” pour partager ma passion pour l’écriture, la lecture et mes conseils en édition.

Derniers articles

Frontière Numérique roman cyberpunk sf Morgane Luc